Page d'accueil
Contact
Forum
Livre d'or
APRES LA MORT LA VIE
=> La mort terrestre
=> La mort du croyant
=> La mort de l'homme pervers
=> Ce qui arrive aux mort avant d'être enterré
=> Le châtiment de la tombe et l'interrogatoire des deux anges
=> Le châtiment de la tombe pour les hommes pervers
=> Les etats des habitants des tombes
=> L'etat du monde terrestre à l'arrivée de l'heure et après
=> Dans l'attente entre les deux sons de Trompette
=> Les etats des hommes au lieu du rassemblement
=> La demande d'intercession auprès des envoyés
=> L'intercession de Mohammad
=> Les etats des envoyés au Jour de la Rétribution
=> La remise des comptes
=> Le cas des croyants
=> Les intercessions au Jour de la Résurrection
=> Conclusion
LA MALADIE ET LA MORT EN ISLAM
LES 5 PILLIERS DE L'ISLAM
POEMES
Titre de la nouvelle page
 

Les etats des habitants des tombes

Les habitants des tombes connaissent quatre situations. En premier lieu, il y en a qui restent assis sur leur derrière jusqu’à ce que l’œil se désintègre, que le cadavre enfle et devienne poussière. Ensuite, ils ne cessent de circuler à travers le Monde suprasensible au-dessus du ciel inférieur.

 

En deuxième lieu, il y a ceux auxquels Dieu envoie un sommeil profond, de sorte qu’ils ne savent pas ce qui leur arrive et ne se réveillent qu’au premier son de la Trompette pour mourir ensuite.

 

En troisième lieu, il y a ceux qui ne demeurent dans leur tombe que deux ou trois mois, puis leur âme s’envole sur les ailes d’un oiseau qui l’emmène au Paradis. En effet, c’est ce qu’indique un Hadith authentique dans lequel le Prophète – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – a dit : « Le souffle du croyant procède d’un oiseau perché sur les arbres du Paradis ». C’est-à-dire au sens vrai et selon les plus belles proportions. De même on rapporte que le Prophète – que Dieu lui accorde Grâce et Paix, interrogé sur les esprits des martyrs a répondu : « Les esprits des martyrs sont dans les jabots d’oiseaux verts perchés sur les arbres du Paradis ». Il y a aussi des hommes qui lorsque leur corps et annihilé, ils sont emportés en haut, jusqu’à la Trompette du jugement et ils ne cessent d’y être accrochés jusqu’à ce qu’on la fasse sonner.

 

En quatrième lieu, il s’agit exclusivement des Prophètes et des Saints qui ont le choix de choisir. Il y en a parmi eux qui ne cessent de tourner autour de la terre jusqu’à l’avènement de l’Heure du Jugement dernier. Beaucoup d’entre eux sont vus en songe la nuit. Je pense, d’ailleurs, qu’Abou Bakr et ‘Omar sont de ce nombre ? Pour ce qui est de l’Envoyé de Dieu – que Dieu lui accorde Grâce et Paix, il a choisi de tourner autour des trois mondes. Il a dit un jour par allusion et par avertissement au sujet de cette liberté de se mouvoir : « Dieu m’honore trop pour me laisser sur terre plus de trois… » à savoir trois décades, car son petit-fils al-Houssain fut tué au cours de la trentième année, et le Prophète – que Dieu lui accorde Grâce et Paix, irrité contre les habitants de la terre, monta au ciel. D’ailleurs, un saint homme l’a vu en songe et lui a dit : « O Envoyé de Dieu ! Pour toi je donnerai mon père et ma mère ! Que penses-tu des discordes de ta communauté ? » Il lui répondit : « Que Dieu aggrave leur discorde ! Ils ont tué al-Houssain sans aucun égard pour moi ». Puis l’homme qui fit ce songe ajouta des propos qui ont paru inintelligibles à celui qui transmit ce récit.

 

Il y a aussi, parmi eux, ceux qui ont choisi de s’installer au septième ciel comme le Prophète Ibrahim. En effet, il est rapporté dans un Hadith qu’en passant près de lui, le Prophète – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – le vit adossé contre la Kaaba céleste (al-Bayt al Ma’mour) et entouré des enfants des musulmans. De même, Jésus se trouve au cinquième ciel. Ainsi, dans chaque ciel il y a des envoyés de Dieu et des prophètes qui y habitent et qui ne le quittent qu’au cri final. Cinq d’entre eux seulement ont le choix, à savoir l’Elu, l’Ami, l’Interlocuteur, l’esprit et le Bien-aimé. Ceux-la vont où ils veulent à travers les trois mondes.

 

Pour ce qui est des saints, il y en a qui n’ont point encore été appelés à renoncer à leur mission terrestre. C’est ainsi qu’on raconte d’Abou Yazid qu’il se trouve au pied du Trône, mangeant à une table dressée pour lui.

 

Voilà les quatre situations des gens des tombes : les uns sont punis, les autres sont graciés, les uns sont méprisés, les autres sont honorés.


Ceux d’entre eux qui errent autour de la terre entourent le mourant pendant ses derniers instants et remplissent à cette occasion les maisons au point qu’elles deviennent trop étroites pour les contenir tous. C’est pourquoi il arrive qu’il soit permis au mourant de les apercevoir et d’être attentif à leur présence. J’ai d’ailleurs vu des hommes connaître ce genre de situation. Ainsi, j’ai vu un ami mourant qui eut un dévoilement et aperçut son fils déjà mort entrer dans la maison, et le mourant s’est rétabli. Mais ces prédispositions relevant du monde subtil (Malakout) ne sont accordées qu’aux hommes généreux et nobles. Demandons à Dieu de nous donner la Connaissance pour pouvoir sonder les secrets de ces réalités et faire disparaître les doutes et les incertitudes à ce sujet.

 

Dans toutes ces catégories, il n’est personne qui s’aperçoive de l’alternance du jour et de la nuit, sauf ceux dont l’individualité subsiste et qui n’ont pas connu d’ascension. Il y en a parmi eux qui se rendent compte du vendredi et des jours de fêtes religieuses. Ainsi, quand un mort quitte le monde ici-bas, ils se rassemblent autour de lui et reconnaissent son identité : l’un s’enquiert auprès de lui de sa femme, un autre de son père, en un mot chacun de ses propres affaires. Mais il arrive quelque fois qu’un homme meurt sans rencontrer aucune de ses connaissances, à cause d’un égarement qui s’est emparé de lui au moment de mourir, de telle sorte qu’il meurt en Juif ou en Chrétien et rejoigne le camp de ses coreligionnaires. Ainsi, quand un autre mort arrive du monde terrestre, ses voisins lui demandent : « Que sais-tu sur le sort d’un tel ? » Il leur répond : « Il est mort ». Ils s’écrient : « Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournerons ! Nous n’avons pas vu quand on l’a poussé dans l’Enfer ».

 

A un homme vu en songe, on a demandé ceci : « Comment Dieu t’a-t-Il traité ? » Il répondit : « Moi et un tel et un tel – et il nomma cinq de ses amis – nous allons parfaitement bien et nous sommes installés agréablement ». Or il avait été tué par les Kharajites ainsi que ses cinq compagnons. Comme on l’interroges sur le sort que Dieu a réservé à l’un de ses voisins, il répondit : « Nous ne l’avons pas vu, car ce damné s’était jeté lui-même dans un fleuve et s’était noyé. Je crois, par Dieu, que sa place est avec les suicidés ». De même, il est rapporté dans les Recueils de Hadtih authentiques que l’Envoyé de Dieu – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – a dit : « Quand un homme s’est tué avec un morceau de fer, il paraît au jour de la Résurrection, une épée à la main et s’en transperce le ventre tout en se trouvant plongé dans l’Enfer pour l’éternité. Il en va de même de l’homme qui se précipite lui-même du haut d’une montagne et se tue. Il plongera lui aussi dans l’Enger ». De même, quand une femme a péri par le fer, elle ne cesse de sentir cette douleur jusqu’à ce que la Trompette du Jugement dernier se mette à sonner. Ceci constitue donc une seconde mort. On rapporte d’ailleurs de source sûre qu’Adam – que la Paix soit sur lui – rencontra Moïse – que la Paix soit sur lui – qui lui demanda : « N’es-tu pas celui que Dieu a créé de Sa main, et à qui Il a insufflé de Son esprit, et a fait se prosterner les Anges devant lui et lui a assigné le Paradis pour demeure ! Pourquoi donc lui as-tu désobéi ? » Adam lui répondit : « O Moïse ! C’est donc toi avec lequel Dieu s’est entretenu, c’est à toi qu’Il a révélé la Loi ! N’as-tu donc pas lu dans celle-ci ces mots : « Or Adam a désobéi à son Seigneur ». Moïse lui répondit : « Oui ». Et Adam lui demanda alors : « Combien estimes-tu qu’il y a d’années entre le moment où mon péché a été décrété et celui où je l’ai commis ? » Moïse lui répondit : « Ton péché était décrété cinquante molle ans avant que tu l’es commis ». Adam lui fit alors cette réponse : « O Moïse ! Veux-tu donc me blâmer pour un péché qui était décrété cinquante mille ans avant que je le commette ? »

 

Il est également rapporté dans les Recueils de Hadiths authentiques qu’au cours de son ascension nocturne, l’Envoyé de Dieu – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – a dirigé une prière de deux Raak’at en commun avec tous les envoyés de Dieu, et qu’il a salué successivement Haroun (Aaron) et Idriss (Enoch) – que la Paix soit sur eux – et a invoqué la Miséricorde divine en leur faveur et en faveur de leurs deux communautés. Or, il y avait déjà longtemps qu’ils étaient morts et que leur individualité n’était plus. C’est dire qu’il s’agit ici de la vie des âmes et qu’après cette résurrection commence une autre vie. Quant à la vie originelle, c’est celle où « Dieu les prit pour témoins contre eux-mêmes, disant : Ne suis-je pas votre Seigneur ? Et ils répondirent : Oui, certainement nous l’attestons ». La vie terrestre, quant à elle, ne compte pas parce que ses délices sont illusoires. On rapporte d’ailleurs que le Prophète – que Dieu lui accorde Grâce et Paix – dit : « Les hommes sont endormis, et ce n’est qu’en mourant qu’ils se réveillent ».

 

Voilà les différents états des morts quand leur individualité disparaît. Il y en a parmi eux qui sont fixés quelque part et d’autres qui ne cessent de tourner ; il y en a qu’on enferme et d’autres qu’on punit. Ceci est attesté par la Parole de Dieu – qu’Il soit exalté : « Aux flammes de l’Enfer ils sont exposés matin et soir. Et le jour où sonnera l’Heure de la Résurrection on leur dira : Entrez, ô proches du Pharaon, dans le pire des tourments ». C’est-à-dire que ce jour-là apparaîtra clairement le châtiment du Barzak (l’entre-deux : l’intervalle de temps entre la mort et la Résurrection).

 


=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=