Page d'accueil
Contact
Forum
Livre d'or
APRES LA MORT LA VIE
=> La mort terrestre
=> La mort du croyant
=> La mort de l'homme pervers
=> Ce qui arrive aux mort avant d'être enterré
=> Le châtiment de la tombe et l'interrogatoire des deux anges
=> Le châtiment de la tombe pour les hommes pervers
=> Les etats des habitants des tombes
=> L'etat du monde terrestre à l'arrivée de l'heure et après
=> Dans l'attente entre les deux sons de Trompette
=> Les etats des hommes au lieu du rassemblement
=> La demande d'intercession auprès des envoyés
=> L'intercession de Mohammad
=> Les etats des envoyés au Jour de la Rétribution
=> La remise des comptes
=> Le cas des croyants
=> Les intercessions au Jour de la Résurrection
=> Conclusion
LA MALADIE ET LA MORT EN ISLAM
LES 5 PILLIERS DE L'ISLAM
POEMES
Titre de la nouvelle page
 

La mort du croyant

Une fois que l’Ange de la mort s’empare de l’âme bienheureuse, deux Anges d’une grande beauté, drapés dans des habits magnifiques et dégageant des odeurs agréables, la saisissent et l’enveloppent dans un morceau de soie venant du Paradis. Pourtant cette âme réduite à la taille d’une abeille n’a rien perdu de sa propre individualité, gardant aussi bien toutes ses facultés intellectuelles que ses œuvres acquises dans le monde terrestre. Les Anges l’accompagnent au cours d’une longue ascension pendant laquelle le mort rencontre des gens qu’il connaissait et d’autres qu’il n’a jamais vus. Son âme ne cesse de passer et de voir d’innombrables peuples anciens disparus, tels des nuées de sauterelles répandues sur une vaste étendue, jusqu’à ce qu’ils atteignent ainsi le ciel inférieur. L’Archange Gabriel frappe alors à la porte. On lui demande : « Qui es-tu ? » il répond : « je suis Salsa’il (c’est-à-dire Gabriel) et j’ai avec moi un tel », et il le désigne par le meilleur de ses noms, celui qui lui est le plus cher. On lui dit alors : « Quel excellent homme ! Il fut jamais douté ». Ensuite ils accèdent au deuxième ciel et Gabriel frappe de nouveau à la porte. On lui dit : « Qui es-tu ? » Il redonne la même réponse et on lui dit alors : « Bienvenue à un tel qui observait régulièrement sa prière en observant toutes ses règles ». Ensuite ils passent au troisième ciel et Gabriel frappe encore à la porte. On lui dit : « Qui es-tu ? » Il lui dit : « C’était un homme qui craignait Dieu en s’acquittant totalement de l’aumône légale (Zakat) qui lui incombait ». Ensuite ils parviennent au quatrième ciel et Gabriel frappe à la porte. On lui demande : « Qui es-tu ? » Il répond comme il a coutume de le faire. On lui dit : « Bienvenue à un tel, il jeûnait comme il faut et s’abstenait pendant son jeûne de toucher au commerce charnel et à toute nourriture illicite ». Ils arrivent au cinquième ciel et Gabriel frappe à la porte. On lui dit : « Qui es-tu ? », et il répond comme il a l’habitude de le faire. On lui dit alors : « Bienvenue à un tel qui s’était acquitté convenablement du pèlerinage que Dieu lui a prescrit sans chercher par là les honneurs mondains et sans faire montre de duplicité ». Ensuite ils accèdent au sixième ciel et Gabriel frappe à la porte. On lui dit : « Qui es-tu ? », et il répond comme d’habitude. On lui dit alors : « Bienvenue à cet homme sincère et à cette âme pieuse, qui a fait preuve d’une grande piété filiale envers ses parents ». Ensuite ils arrivent au septième ciel et Gabriel frappe à la porte. On lui dit : « Qui es-tu ? » et il donne sa réponse habituelle. On lui dit alors : « Bienvenue à un tel qui a beaucoup imploré le pardon de Dieu à chaque aurore, qui faisait secrètement l’aumône et prenait soin des orphelins ». Ensuite, on leur ouvre le passage et ils continuent leur ascension jusqu’au seuil des Pavillons de la Majesté, et Gabriel frappe à la porte et s’annonce comme auparavant. On lui dit : « Bienvenue au bon serviteur et à l’âme pieuse qui implorait fréquemment le pardon de Dieu, interdisait le mal, recommandait le bien et honorait les pauvres ». Le mort poursuit ensuite sa route et passe au milieu d’une multitude d’Anges qui lui annonce tous la bonne nouvelle d’accéder au Paradis et qui le saluent jusqu’à ce qu’ils arrivent au Lotus de la Limite (Sidrat al-mountaha). Gabriel frappe à la porte et s’annonce comme auparavant. On lui dit : « bienvenue à un tel dont l’œuvre était pieuse et fut consacrée exclusivement à Dieu – qu’Il soit exalté ». Ensuite on lui ouvre la porte pour traverser successivement un océan de feu, un océan de lumière, un océan de ténèbres, un océan d’eau, un océan de glace et un océan de grêle dont la longueur de chacun est de mille années de marche. Ensuite il passe à travers les voiles placés autour du Trône du Miséricordieux. Ce sont quatre-vingt mille voiles composés chacun de quatre-vingt mille lambrequins. Il y a sur chaque lambrequin une lune qui célèbre les louanges de Dieu – qu’Il soit exalté – Le glorifie et proclame Sa sainteté. Or si une de ces lunes apparaissait au ciel inférieur, elle serait adorée à la place de Dieu, et embraserait ce ciel de sa lumière. C’est alors qu’une voix annonciatrice au sein de la sainte Présence divine appelle de derrière ces voiles : « Qui est cette âme que vous avez amenée ? » on répond : « C’est un tel, fils d’un tel ». Dieu le Majestueux – que sa Majesté soit exaltée – dit alors : « Faites-le approcher. Tu as été un bon serviteur, ô Mon serviteur ! » Puis quand il le fait tenir devant Son Auguste Présence, il le confond par quelques reproches et remontrances, si bien qu’il se croit perdu. Ensuite Dieu – qu’Il soit exalté – lui pardonne.

 


=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=