Page d'accueil
Contact
Forum
Livre d'or
APRES LA MORT LA VIE
=> La mort terrestre
=> La mort du croyant
=> La mort de l'homme pervers
=> Ce qui arrive aux mort avant d'être enterré
=> Le châtiment de la tombe et l'interrogatoire des deux anges
=> Le châtiment de la tombe pour les hommes pervers
=> Les etats des habitants des tombes
=> L'etat du monde terrestre à l'arrivée de l'heure et après
=> Dans l'attente entre les deux sons de Trompette
=> Les etats des hommes au lieu du rassemblement
=> La demande d'intercession auprès des envoyés
=> L'intercession de Mohammad
=> Les etats des envoyés au Jour de la Rétribution
=> La remise des comptes
=> Le cas des croyants
=> Les intercessions au Jour de la Résurrection
=> Conclusion
LA MALADIE ET LA MORT EN ISLAM
LES 5 PILLIERS DE L'ISLAM
POEMES
Titre de la nouvelle page
 

Le cas des croyants

Une fois qu’il ne reste plus dans le Rassemblement pour le Jugement que les croyants, les musulmans promus au degré de l’excellence, les gens de la connaissance, les véridiques, les martyrs, les saints et les envoyés, sans qu’il y ait parmi eux ni septique ni hypocrite ni impie, Dieu – qu’Il soit exalté – dit : « O gens du Rassemblement ! Qui est votre Seigneur ? » Ils répondent tous : « C’est Dieu ». Il leur dit alors : « Le connaissez-vous ? » Ils répondent : « Oui ». Alors de la gauche du Trône se manifeste à eux un Ange tellement imposant que si l’on plaçait les sept océans dans le creux de sont pouce, on ne les remarquerait même pas. Il suis votre Seigneur. Mais ils lui répondent : « Nous nous réfugions auprès de Dieu contre toi ». Alors, de la droite du Trône se manifeste à eux un Ange tellement imposant sue si l’on plaçait les quatorze océans dans le creux de son pouce, on ne les remarquerait même pas. Il leur dit : « C’est moi qui suis votre seigneur ». Mais ils cherchent refuge auprès de Dieu contre lui. Ensuite, Dieu – qu’Il soit exalté – se manifeste à eux sous une forme inconnue pour eux et leur dit : « C’est Moi qui suis votre Seigneur ». Mais ils déclarent se réfugier auprès de Dieu, Fort et Majestueux, pour lui échapper. Alors, quand Dieu – qu’Il soit exalté – se manifeste à eux sous la forme qu’ils connaissent et qu’ils L’entendent sourire, ils se prosternent tous ensemble devant Lui. Il leur dit : « Soyez les bienvenus ». Puis Il les emmène – qu’Il soit exalté – au Paradis et ils Le suivent. Il les fait passer par-dessus al-Sirat en formant de multiples groupes. En tête, il y a les envoyés, puis viennent dans l’ordre les prophètes, les véridiques, ceux qui ont atteint le degré d’excellence, les martyrs, les hommes versés dans la connaissance. Il y a enfin les musulmans dont certains ont le visage renversé, d’autres sont coincés dans al-A’raf, d’autres encore n’ont pas la perfection de la Foi. Il y en a parmi eux qui mettent cent ans pour passer sur le pont al-Sirat, d’autres le font en mille ans. Mais malgré  cela, le feu de l’Enfer ne consomme pas celui qui a vu de ses propres yeux son Seigneur, sans avoir a éprouvé de difficulté pour le faire.

 

Quand aux musulmans, aux gens de bien et aux croyants, nous avons décrit la station de chacun d’eux dans notre livre al-Istidraj. Ils forment un groupe en pleine effervescence : ils n’arrêtent pas d’aller et de venir sous l’impulsion de la faim et de la soif ; leur intérieur est brisé et leur souffle haletant ressemble à de la fumée. D’un bassin dont l’eau provient du fleuve nommé al-Khawthar, ils s’abreuvent à l’aide de gobelets aussi nombreux que les étoiles du ciel. La longueur de ce bassin équivaut à la distance entre Jérusalem et San’a, sa largeur à celle entre Aden et Yathrib. Il s’agit du bassin décrit dans ce Hadith du Prophète – que Dieu lui accorde Grâce et Paix : « Ma chaire est installée sur mon bassin », c’est-à-dire sur l’un des bords, du point de vue de la dimension et de la localisation. Ceux qui sont repoussés loin de ce bassin sont occupés dans la prison de al-Sirat à laver les souillures occasionnées par leurs péchés. En effet, bien des gens accomplissent (dans la vie terrestre) leurs ablutions machinalement et d’une manière imparfaite ; bien des gens ne se soucient guère de la manière d’accomplir leur prière et la considèrent comme une simple formalité dépourvue du sens de recueillement et d’humilité. Si une fourmi les piquait, ils se retourneraient en pleine prière. Par contre, ceux qui connaissent réellement la Majesté de Dieu ne broncheraient même pas si on leur coupait les mains et les pieds pendant la prière, tellement ils sont absorbés par un respect mêlé de crainte révérencielle et par l’idée qu’ils se font de la Dignité de Celui devant lequel ils se tiennent. Parfois, il arrive à un homme piqué par un scorpion pendant l’audience accordée par un prince de ne pas bouger et de supporter patiemment sa douleur, par égard pour ce prince pendant cette audience publique. Si tel est le cas des humains avec un être qui n’est même pas capable d’avoir le pouvoir d’influencer son âme ni en bien ni en mal, qu’en serait-il alors de l’état de celui qui se tient devant Dieu – qu’Il soit exalté et magnifié, se met en présence de Sa Dignité, de son pouvoir, de Sa Grandeur et de Sa Toute-Puissance !


On raconte au sujet de l’homme injuste qui reconnaît ses torts, qu’au jour de la Résurrection on l’amène auprès de Dieu – qu’Il soit exalté. Alors les injustes qu’il a commis surgissent devant lui, et celui qui en a été la victime s’agrippe à lui. Dieu – qu’Il soit exalté – dit à ce dernier : « O toi qui a subit des injustices ! Retourne-toi et regarde ce qui est au-dessus de ta tête ! » Et il voit un palais grandiose et fascinant. Il s’écrie : « Qu’est-ce, ô Seigneur ! » Dieu lui dit : « Il est à vendre. Achète-le moi ! » L’homme répond : « Je n’ai pas de quoi en payer le prix ». Dieu lui dit : « Son prix, c’est que tu décharges ton frère de l’injustice qu’il a commise envers toi et ce palais sera à toi ». L’homme dit : « Je l’ai déjà fait, ô Seigneur ! » Voilà comment Dieu traite les injustes qui se repentent et reviennent vers Lui. Car cela est conforme à la Parole de dieu – qu’Il soit exalté : « Dieu est indulgent envers les repentants qui reviennent vers Lui ». En effet, le repentant est celui qui renonce définitivement à son péché et qui n’y retombe plus jamais. David, ainsi que d’autres envoyés ont été d’ailleurs appelés des repentants.


=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=