Page d'accueil
Contact
Forum
Livre d'or
APRES LA MORT LA VIE
LA MALADIE ET LA MORT EN ISLAM
=> Le musulman face à la maladie
=> Ne pas se plaindre exagérément
=> Placer sa confiance en Dieu
=> Puisez sa force dans la prière et l'invocation
=> Demander pardon
=> Ne pas être négligent dans l'aisance
=> Le musulman doit penser à la mort
=> Le musulman ne doit pas souhaiter la mort
=> A propos de l'euthanasie
=> A propos du suicie
=> La piété du musulman face à sa maladie
=> L'obligation de se soigner
=> La médecine du Prophète
=> La guérison par le Coran et les invocations
=> Ce qui n'est pas licite pour se soigner
=> Prévention - Contagion
=> L'interdiction de nuire à sa santé
=> Manger de la nourriture licite
=> Ce qui est interdit
=> Concernant le gibier, la chasse, la pêche
=> Joïr de ce que Dieu met à notre disposition
=> Se garder de tout excès
=> Quelques règles de bienséance à l'égard de la nourriture
=> A propose de l'alcool et de la drogue
=> Bonnes paroles et réconfot
=> La visite des malades : une obligation islamique
=> Comportement social des visiteurs
=> Quelques règles à respecter lors des visites
=> Sur l'hygiène en général
=> Rappel de la prière
=> La purification rituelle (ablution)
=> La propreté - L'hygiène
=> L'hygiène envers le malade
=> Lorsque la maladie évolue vers la mort
=> Assister l'agonisant
=> Conduite à tenir pendant l'agonie
=> Lorsque survient la mort
=> Ni cris, ni gémissements
=> A propos des pleureuses
=> Sur la toilette mortuaire
=> Exécution de la toilette mortuaire
=> L'enveloppement du défunt
=> La prière mortuaire
=> Exécution de la prière mortuaire
=> Sur les funérailles
=> Se lever sur le passage d'un convoi
=> Préparation de la tombe
=> L'ensevelissement du défunt
=> Après la mise en terre
=> Comblement de la tombe
=> A propos de l'incinération
=> Sur la visite des cimetières
=> Durée du deuil
=> La visite de condoléances
LES 5 PILLIERS DE L'ISLAM
POEMES
Titre de la nouvelle page
 

Sur la toilette mortuaire

La toilette mortuaire est une tradition qui remonte à Adam. Pour les musulmans, c’est une obligation à la charge de toute la communauté. Il s’agit d’un devoir que chaque musulman et musulmane doit à son frère et à sa sœur en islam.

 

Une fois que l’un des membres de la communauté a assumé cette obligation, tous les membres de la communauté s’en trouvent déchargés.

 

Elle est due à tous les musulmans, même si le corps n’est pas entier. Toutefois, on doit retenir les exceptions suivantes :

 

1)      L’enfant mort-né, dont on n’a pas entendu les pleurs, ou le fœtus avorté. Par contre l’enfant qui a poussé son 1er cri doit recevoir un nom et être lavé ;

 

2)      Le martyr mort sur le champ de bataille à l’occasion d’un combat. Le martyr doit être enterré sans être lavé au préalable, sans qu’on fasse la prière sur lui et dans les vêtements dans lesquels il a été tué.

 

Il subisse une autre particularité : elle concerne celui qui meurt au cours du pèlerinage.

 

3)      Le pèlerin qui meurt sur les lieux du pèlerinage doit être lavé, mais on n’utilise pas de substance odoriférante. Sa tête doit être laissée découverte au moment de le déposer dans la tombe. Lorsqu’il meurt en état de sacralisation, son vêtement lui sert de linceul.

 

Ainsi donc, hormis ces exceptions, tous les musulmans doivent être lavés, y compris celui qui aurait été exécuté après avoir été condamné pour meurtre. En effet, même dans ce cas, on doit laver le défunt et faire la prière mortuaire sur lui.

 

Qui se charge de faire la toilette du défunt, et quelles sont les conditions à remplir par la personne qui s’en charge ?

 

La personne la plus qualifiée pour faire la toilette mortuaire choisi parmi les personnes pieuses est dans la préférence :

 

  • Pour un homme : le légataire, le père, le grand père, puis de proches en proches, ceux parmi ses parents paternels et ensuite parmi ses parents maternels. A défaut d’un homme de sa famille, un homme pieux devra s’en acquitter.

 

  • Pour la femme : la mère, la grand-mère, et, de proches en proches, ses parents. A défaut d’une femme de sa famille, une femme pieuse devra s’en acquitter.

 

  • Pour un enfant non pubère : il est permis aux femmes de laver le jeune garçon, et permis aux hommes de laver la fillette.

 

Il est permis à la femme de laver son mari et au mari de laver son épouse.

 

A ce propos, le Prophète a dit un jour à ،Âïsha : « Si tu mourais avant moi, je te laverais et t’envelopperais d’un linceul ».

 

Enfin, si une femme vient à mourir seule parmi les hommes en l’absence de son mari ou d’autres femmes, ceux-ci ne peuvent pas la laver. Ils appliqueront la règle du tayamûm (c’est-à-dire le « lavage à sec »), et ce au travers d’une étoffe afin de ne pas la toucher directement.

 

Il en va de même si un homme vient à mourir seul parmi des femmes en l’absence de son épouse ou d’autre hommes.

 

Celui ou celle qui se charge de la toilette mortuaire ne peut être qu’un musulman pieux, adulte et conscient. Il doit prendre volontairement la décision d’accomplir ce lavage.

 

Il est obligatoire que cette personne connaisse bien les règles établies par la Sunna, afin de pratiquer ce lavage correctement.

 

Avant d’exécuter la toilette du défunt, qui est en réalité une purification rituelle, la personne qui va l’exécuter doit d’abord se mettre elle-même en état de purification rituelle en faisant ses ablutions, étant précisé que, lorsque la toilette est achevée, elle n’a pas à refaire ses ablutions si elle ne s’est pas salie ni éclaboussée.

 

Il doit s’agir d’un croyant, ou d’une croyante digne de confiance, honnête et discret qui a le devoir de ne pas dévoiler ce qu’il pourrait découvrir au cours de la toilette mortuaire sur le défunt.

 

Il doit même dissimuler, le cas échéant, les imperfections ou autre choses désagréables qu’il pourrait découvrir sur le défunt, par exemple la noirceur du visage, la puanteur, l’altération d’un membre, la défiguration, etc…

 

Abû Râfi،, le serviteur de l’Envoyé de Dieu a rapporté ces paroles du Prophète : « Dieu pardonnera 40 fois à quiconque lave un mort et tait ce qu’il a vu ».

 

Cependant, s’il perçoit sur le mort des ‘signes’, telles qu’une lumière sur le visage, il est recommandé qu’il le fasse savoir : c’est un réconfort pour ses proches.

 

Celui qui se charge de la toilette doit observer le plus grand respect pour la dépouille du défunt, agir avec douceur et la plus extrême pudeur.

 

Il lui est recommandé d’invoquer Dieu en faveur du mort pendant qu’il exécute la toilette mortuaire et de se garder de tout bavardage inutile.


=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=